Home Actualités Risques CORONAVIRUS : Quel rapatriement pour les expatriés ?
Coronavirus, quel rapatriement ?

CORONAVIRUS : Quel rapatriement pour les expatriés ?

- Publié le 11 Fév 2020 par G.Houeix

Organiser son départ face aux risques d’épidémie en Chine

Le nouveau Coronavirus avec sa propagation exponentielle, plus de 70 000 cas recensés en Chine continentale et plus de 1500 décès estimés à mi-février* ; bouleverse les entreprises et leurs expatrié.es qui doivent s’organiser au jour le jour.
L’arrivée du Coronavirus a pris tout le monde de court. Même l’OMS aurait tardé à déclarer l’urgence internationale face au 2019-nCoV.
Les entreprises ont dû elles aussi prendre des mesures  : une surveillance accrue et quotidienne des évolutions, l’interdiction de tous déplacements en Chine, la prolongation de la fermeture des bureaux, le recours systématique au télétravail, le temps que la crise sanitaire passe… Mais pour beaucoup de familles expatriées, la question du rapatriement se pose sans attendre. Face aux risques, il faut quitter ou tout du moins mettre sa famille à l’abri d’une contamination.

Tour d’horizon du sujet « rapatriement» en 5 questions posées à Maxime BOISNARD.

Avez-vous constaté une hausse des rapatriements avec l’arrivée du Coronavirus ?

Oui nous avons rapatrié de nombreux expatriés avec leurs familles depuis mi-janvier.

Un certain nombre de salariés en mobilité nous ont contacté directement sans que nous ayons reçu au préalable une demande d’intervention de la part de leur Département Ressources Humaines. C’est la marque habituelle d’un haut niveau de préoccupation voire de panique des familles en mobilité.

Quelles sont les demandes des expatriés dans un contexte de rapatriement d’urgence ?

La première préoccupation pour les expatriés n’est pas de déménager leurs biens de Chine ou des pays voisins mais bien de trouver un logement rapidement dans leur pays d’origine.

Nous devons vite libérer le stockage en garde-meubles pour les salariés qui avaient conservé une partie de leurs biens dans leur pays d’origine afin qu’ils puissent retrouver leurs marques rapidement. Nous sommes face à des familles qui sont prêtes à laisser derrière eux leur patrimoine pour se mettre à l’abri du très haut risque sanitaire.
De plus, en ces périodes de nouvel an chinois, les chances de trouver un déménageur qualifié pour gérer l’international sont très minces. Pour autant, beaucoup d’expatriés souhaitent que leurs marchandises soient emballées et expédiées à l’étranger sans nécessairement devoir revenir en Chine. La demande est forte, complexe et les ressources peu disponibles…
Le tout dans un contexte incertain où les expatriés craignent la menace d’une mise en quarantaine potentielle et des difficultés pour partir.  Le 13 février, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) annonçait dans un communiqué que  « 70 compagnies aériennes annulaient tous les vols internationaux à destination et en provenance de Chine tandis que  50 autres compagnies ont réduit leurs activités aériennes ».

Est-ce que ce type de rapatriement est différent d’un rapatriement classique ? Devez-vous gérer des complications particulières au niveau des services de déménagement, de relogement, d’exportation des biens … ?

Effectivement, les conditions de travail sont franchement bouleversées.

Pour nos partenaires sur place, outre des problèmes d’effectifs dus à la fermeture des villes ou la mise en quarantaine des maisons ; les équipes locales n’ont pas l’autorisation de pénétrer avec des véhicules extérieurs dans de nombreux immeubles et habitations.
Les activités de déménagements sont donc très perturbées. Et quand elles sont autorisées ; les déménageurs doivent avoir reçu des instructions très précises sur les biens qui doivent être emballés et emportés. Dans ce cadre, les reportages à distance via une appli mobile telle que le propose QuickMove peuvent s’avérer très utiles pour faciliter le travail des équipes locales.

En ce qui concerne le processus douanier d’exportation, dans la plupart des cas, il est possible de le gérer si les salariés envoient leur passeport et leur permis de travail originaux par courrier. A noter que les autorités se montrent plus flexibles qu’à l’accoutumée. À Shanghai, les douanes ont accepté que le permis d’exportation ne soit traité qu’à l’aide de copies.

Le transport est lui aussi forcément perturbé. Suite à l’annulation des vols par de nombreuses compagnies aériennes vers la Chine, il est difficile de réserver des expéditions de fret aérien à destination ou en provenance de la Chine.

Quelles sont les mesures face au Coronavirus ? Quels conseils donneriez-vous aux expatriés ?

Il s’agit en premier lieu que les expatriés se rapprochent de leur Direction des Ressources Humaines qui travaillent ardemment avec les Services Sécurité.
Sur l’aspect logistique, malgré les difficultés en local, il ne faut pas que les expatriés s’inquiètent de la gestion de leur patrimoine qui reste en Chine.

Nous avons toute la latitude pour organiser les emballages et le stockage de leurs biens avec nos partenaires qualifiés. Nous nous connaissons bien et échangeons très régulièrement sur les meilleures conditions pour faire partir les effets personnels. Encore une fois, face à un départ précipité, les expatriés doivent surtout porter leur attention sur le fait de se reloger rapidement.
Les familles vont aussi devoir retrouver une école pour garantir et stabiliser au plus vite la vie de famille à travers l’équilibre des enfants.

Avec le logement et la scolarité réorganisés, il sera plus simple pour la famille expatriée de retrouver un équilibre et de se remettre rapidement à ses activités.

De votre côté, quelles sont vos sources d’information sur le Coronavirus ?

Nous suivons les évolutions grâce à l’actualité de nos partenaires en particulier en Chine et au Japon. Ils nous tiennent informés des évolutions et des dispositifs décidés sur place. Nous pouvons donc conseiller nos clients en fonction de ces retours factuels qui nous permettent de nous en tenir aux faits en laissant de côté les effets d’annonce médiatiques !

 

* Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDPC) :  https://www.ecdc.europa.eu/en/geographical-distribution-2019-ncov-cases

Partager cet article :
Inscrivez-vous à notre newsletter
et recevez directement nos dernières actualités dans votre boite mail